Portugal : le parlement a voté une réforme qui flexibilise le travail et facilite les licenciements

Le parlement portugais a définitivement approuvé hier la réforme du code du travail recommandée par les créanciers du Portugal en échange d’une aide financière de 78 milliards d’euros, accordée en mai 2011.
Cette nouvelle législation a été approuvée grâce aux voix du centre-droit majoritaire. L’opposition socialiste, qui était au pouvoir lorsque le plan d’aide a été négocié, s’est majoritairement abstenue.
Destinée à assouplir le marché de l’emploi, elle réforme le code du travail en assouplissant les horaires de travail et les critères de licenciements et en supprimant des congés et quatre jours fériés (deux fêtes religieuses et deux jours fériés civils) à partir de 2013.
Cette réforme a fait l’objet d’une négociation entre le gouvernement et les partenaires sociaux, à l’exception de la CGTP, la principale confédération, syndicale proche du parti communistes, qui l’a rejetée.
« Les travailleurs ne vont pas rester sans rien faire face à l’expropriation de leurs droits », « Préparez-vous à la lutte », a déclaré vendredi le leader du Parti communiste Jeronimo de Sousa au Parlement. À l’extérieur, des centaines de responsables syndicaux de la CGTP s’étaient rassemblés, pour protester contre cette réforme. La centrale syndicale appelle à deux manifestations nationales, le 9 juin à Porto et le 16 juin à Lisbonne.
Cette déréglementation du travail fait partie des préconisations de la Commission européenne, telles qu’elles ont été précisées le 18 avril dans un texte dénommé « paquet emploi », et où elle dénonce les « coûts de licenciement bien trop élevés associés aux contrats à durée indéterminée classiques ».

Tags:, , , , ,

Catégories: EUROPE, Portugal

Recevez nos informations

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 811 autres abonnés