François Hollande a confirmé son intention d’inscrire dans la Constitution la « responsabilité partagée » des interlocuteurs sociaux

s'informerUn mois après son investiture, François Hollande s’est rendu hier devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE). Une manière de saluer la place de cette « force de proposition de la société civile organisée », comme l’a définie son président, l’ancien ministre chiraquien Jean-Paul Delevoye.

Il s’est engagé à renforcer le rôle du CESE et a souhaité une meilleure articulation entre ses travaux et ceux des assemblées parlementaires. Le CESE doit conseiller le gouvernement et « favoriser » la communication entre catégories professionnelles. François Hollande a évoqué ses projets sur le renouveau de la « démocratie sociale », en parlant de « responsabilité partagée » et de « pacte ».

« Le dialogue social ne sera pas réservé à des moments d’exception et à des sommets de circonstances », a-t-il assuré en allusion aux pratiques de son prédécesseur. Ce dialogue « n’est pas un obstacle sur le chemin des décisions, il permet de les prendre librement, de les assumer pleinement de les appliquer efficacement ». Il doit être un « processus constant et cohérent ». François Hollande a ainsi proposé de l’inscrire « non seulement dans la pratique de nos institutions, mais aussi dans la lettre de notre Constitution ».

« L’État, a-t-il ajouté, est au service de la nation, il n’est pas la nation à lui seul. Si l’État prétend tout faire, tout seul, s’il ignore la multiplicité des organes qui constituent le corps vivant de nation, il se condamne à l’inefficacité et parfois même à l’impuissance ».

Mots-clés : , , ,

Catégories: SOCIAL

Recevez nos informations

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 887 autres abonnés